Tag: <span>Dr Adamou Ndam NJOYA</span>

APPEL CITOYEN, REPUBLICAIN, PATRIOTE, DEMOCRATE POUR ORGANISER LES ELECTIONS AU CAMEROUN SUR LA BASE D’UNE CONSTITUTION ET D’UNE LOI ELECTORALE METTANT FIN A LA CULTURE DE LA CONFISCATION DU POUVOIR, DESTRUCTRICE DE LA DYNAMIQUE NATIONALE.

Conférence de Presse,

7 Août 2018, Siège de l’EAE, Montée Ane Rouge 12H

Mesdames, Messieurs

A l’occasion de la Journée Internationale de la Démocratie célébrée par la Communauté Internationale les 15 du mois de Septembre, le Président National de l’UDC le Dr Adamou Ndam Njoya  à chaque fois, en appelle à ce que nous sommes et devons être effectivement :

  • Des Républicains, Démocrates, Citoyens, Patriotes ; nous devons apprendre à l’être,
  • A l’Ecole du Partage, de la Concertation, du Dialogue National, de la Construction Nationale,
  • Inscrits dans le respect des Valeurs Humaines, Ethiques et Morales.
  • Engagés avec Amour pour la Chose Publique, le Sentiment National.

C’est dans cet esprit qu’à l’UDC nous nous sommes engagés lors des récentes élections sénatoriales…

Parce  que  la vie politique est  pour  rendre les populations heureuses et vertueuses ; nous devons nous installer à l’école de la célérité, des activités communes, collectives, suivies… Notre monde appartient à ceux et à celles qui se concertent, qui collaborent, qui cherchent le Vrai, le Beau, le Bien…affirme la Profession de Foi.

Ici, se construit la trame de la  démocratie, à savoir, impliquer tous les acteurs, s’interroger sur les conditions de production des richesses avec les populations de nos localités, dans nos différents villages ;  C’est en effet, à leur niveau, dans les profondeurs de la vie sociale, culturelle, économique, que se construisent les liens essentiels, forts et durables de l’unité nationale. Aussi, rechercher le meilleur, ce qui apporte le positif est plus que jamais indispensable, prioritaire !

Revenant sur certaines élections marquantes, ces derniers temps en Afrique : au Gabon, en Côte d’Ivoire, en RCA, et ailleurs : aux USA, en France…etc. le Dr Adamou Ndam NJOYA rappelle la leçon de la Démocratie portée par les élections dans un pays : son organisation, son déroulement, et, à la fin, la Victoire Citoyenne Patriote et Républicaine, parce que étant le meilleur aboutissement du vote libre des citoyens qui, sans contraintes, et dans le respect du jeu démocratique, vont s’organiser pour se développer, vont être à même d’opérer des choix économiques, culturels, sociaux et environnementaux… à la conquête du Meilleur de Soi

C’est de cela qu’il s’agit.

Le Meilleur Gouvernement est celui qui créé et entretient les conditions les meilleures pour les mutations sociopolitiques, l’alternance démocratique, la transition pacifique, l’épanouissement de la personnalité de chacun et la participation responsable de tous à la gestion du pays et à la création des richesses…Le Meilleur Gouvernement est celui qui crée les conditions permanentes garantissant les relations de Coopération tant sur le plan bilatéral que multilatéral.

Tel est le Gouvernement que l’UDC mettra en place.

Extrait du Projet de Société de l’UDC.

LE CAMEROUN ET LES CAMEROUNAIS ONT EU LEUR CURE DE VIOLENCES AUX DERNIERS JOURS DE LA TUTELLE ET AUX PREMIERS JOURS DE L’INDEPENDANCE : TIRONS LA LEÇON

TIRONS LA LEÇON DE LA CRISE AU NORD OUEST ET SUD OUEST QUI A ECLATE AU GRAND JOUR EN OCTOBRE 2016 ET QUI DEPUIS PERDURE, AVEC DES CONSEQUENCES GRAVES, LES VOIES DE SOLUTION NE RASSURANT PAS. 

Les leçons que nous fournissent bien des pays africains montrent  que la question électorale demeure la principale source des crises aboutissant aux violences meurtrières, aux destructions des bases de l’unité nationale. Ce qui est préjudiciable au développement, à l’affirmation de l’identité, de la personnalité des jeunes Etats comme le Cameroun et, en conséquence, à la participation à la dynamique de la construction de la société internationale de solidarité.

Notre Constitution, la Démocratie et la République ; sont instrumentalisées par des hommes et des femmes au pouvoir, qui en font des masques pour continuer avec la confiscation des autorités et des institutions à toutes les échelles des valeurs de l’Etat, à l’instar de la révision de la Constitution en  Avril 2008 notamment de l’article 6 – alinéas 1 et 2.

Il en est de même avec la loi électorale : les machines et mécanismes bien huilés sont bien mis en place pour servir le Pouvoir en place et ses alliés. Nous verrons comment avec les illustrations des réalités suivantes piochées ci et là, qui ont cours sur le terrain, le plus souvent en violation de la loi.

Aujourd’hui, avec les jeunes générations qui montent dans un monde de communication et d’information assurée par les inventions dans les domaines techniques, technologiques.

Nous faisons face à d’autres échelles des valeurs, car, il est question de s’employer par tous les moyens dont ceux de la violence quand il n’y a pas de voie pour le dialogue. Nous avons vécu le printemps arabe et la grande montée des réseaux sociaux. Il s’instaure d’autres formes de dialogues à travers les réseaux sociaux mobilisateurs que les Etats ne peuvent pas toujours contrôler. Tout est ainsi plus facile pour tout remettre en cause et créer des déséquilibres là où les citoyens, il y a quelques années, étaient impuissants pour agir! Cela ira croissant car l’Etat n’a plus le monopole de la communication quand bien même des gouvernants au moment des élections coupent leur pays du reste du monde ; faisant cela, ils ne font que différer les dates des violences dont souffriront tout le monde. Les violences qui viennent détruire ce qui semblait être  des acquis intangibles…

Mais nous pensons surtout aux victimes, aux traumatismes aux destructions des vies et des biens quand les envies, les ambitions politiques égoïstes ne peuvent pas être contenues parce qu’il y a la paix selon la lecture des gouvernants du moment. Cela peut paraître beau aujourd’hui, pour le moment qui ne peut que être court parce que cette paix n’a pas de racines profondes. Nous devons comprendre cette situation précaire comme une interpellation, un appel urgent pour rendre profondes les racines de la paix, de l’harmonie dans le pays ; ce qui se fait en comprenant qu’en politique l’Etat a pour but de rendre heureux et vertueux les citoyens par la prééminence des lois.

Engageons nous à mettre en marche les bases garantissant les bonnes lois et les possibilités de revenir sur les textes des lois pour qu’elles soient bonnes parce que républicaines, démocrates élaborées par des citoyens républicains patriotes démocrates mettant au centre de toute entreprise l’Être humain.

Il est question d’agir face au volcan politique qui couve, sous l’illusion de paix.

Les députés, les partis politiques, la société civile, les médias surement ont été conviés le 31 Juillet dernier à l’Assemblée Nationale  par la CNDHL, pour un Atelier de Formation des Hauts Responsables politiques sur les droits civils et politiques et le Rôle des acteurs en période électorale. En partageant avec vous ce qui nous aura marqué, de la part des Institutions appelées à veiller au Cameroun sur l’Harmonie et la Paix à travers le respect des droits civils et politiques que doivent garantir les Lois de la République, cela vous permettra d’apporter votre contribution.

Enfin, l’UDC a depuis plusieurs années, des propositions pour réviser la Constitution et le Code Electoral, comme la grande majorité réelle des populations le demande aussi : vous   aurez des Extraits fondamentaux.

Nous vous remercions pour votre attention.

 

                                                                                    Hon. TOMAINO NDAM NJOYA

                                                                                   Porte Parole des Députés de l’UDC

 

Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeVisit Us On Instagram