Protocole adressé au Dr Adamou Ndam Njoya Président National UDC par Cameroon Tribune F. Belibi

PROTOCOLE D’INTERVIEW

  • Monsieur le Président National, l’UDC célèbre son 25ème Anniversaire cette année. Sous quel signe entendez-vous placer ces manifestations ?

Le 25ème anniversaire de l’UDC est placé sous le signe de l’analyse du quart de siècle de construction de l’éthique citoyenne républicaine patriote démocrate par des hommes et des femmes solidaires sur le chemin des héritages, du présent, de l’environnement et du devenir pour le développement humanisant durable, et, pour l’épanouissement de la République.

  • Quel caractère entendez-vous donner à ces célébrations, si l’on se réfère à l’annonce qui indique deux jours de célébration à Yaoundé ?

A l’UDC les manifestations, les célébrations festives ou non vont toujours avec des moments forts et intenses de réflexions, d’arrêt pour revoir le chemin parcouru ; ceci afin de dégager ce qui renforce l’éclairage, la dynamique d’action pour le présent permettant ainsi de s’inscrire profondément pour des constructions solidaires dans le devenir. On peut alors réaliser l’importance des moments précieux offerts par le 25ème Anniversaire qui est aussi l’occasion de faire ressortir ce qui caractérise l’UDC et rythme sa vie: des activité économiques, sociales, culturelles avec les populations, la politique en chantant, en dansant, la politique dans la joie loin de tout esprit de haine, d’hypocrisie ! Les deux jours sont ainsi l’aboutissement pour l’ouverture serein dans le devenir.

En effet, tout dans la vie et, singulièrement dans la vie politique,  jaillissant de l’esprit comme idée pour se traduire en actions, en actes sur le terrain, il est normal de visiter et de célébrer ce qui en est sorti pour mieux s’ancrer dans la poursuite des actions de construction, de consolidation, de l’affirmation aussi bien des institutions que des acteurs et des actrices  animant et la vie politique et les activités de développement. Ainsi, pendant les deux jours, nous aurons en interne des programmes statutaires dans le cadre de la Convention Nationale de l’UDC et, en partage avec les invités, avec tous les camerounais, des manifestations culturelles, des conférences débats, des expositions faisant ressortir les grandes idées, les réalisations dans les différents domaines de la vie, sur les travaux et les publications de l’UDC. Tout cela aura été précédé parla conférence de presse, la pose de la pierre du Complexe académique et de la Maison Nationale de la Culture , et Musée…

  • Comment jugez-vous le parcours de l’Union Démocratique du Cameroun 25 ans après sa création ?

La Constance dans la Vision, la dynamique dans l’action fondée sur les valeurs morales , la fidélité dans l’accomplissement de la mission qu’elle s’est donnée et qui lui avait été reconnue dès la création par les formations politiques ; tout prenant les origines, dont la solidité dans la Nouvelle Ethique développée et appliquée bien avant le retour au multipartisme par le Dr Adamou Ndam Njoya aux Affaires Etrangères, à l’Education Nationale et à l’Inspection générale de l’Etat ; ceci plaçant l’être humain au centre de tout et veillant en permanence sur son épanouissement par des actions solidaires fondées sur l’éthique ; ce qui a valu à l’UDC d’être qualifiée de Laboratoire de la démocratie, des idées positives et de construction pour les formations politiques.  C’est à la Convention de la Convergence que le regretté Samuel Eboua dit cela au nom des autres formations politiques et des associations en pleine révolution dans le cadre de la Coordination. L’UDC va, à la Tripartite, recevoir l’Arbre de la Paix des mains des femmes participantes qui, de la société civile, de toutes les formations politiques – opposition, gouvernementales- étaient conduites par la regrettée, Madame Keutcha Julienne première grande Dame politique de notre pays. Depuis, l’UDC conduit la noble mission de laboratoire ainsi que celle de faire grandir, fructifier et s’étendre partout au Cameroun et au-delà, l’Arbre de la paix.  Partant des actions conduites pour l’éthique on peut parler désormais de l’éthique citoyenne républicaine patriote démocrate qui doit triompher dans notre pays comme base de mobilisation solidaire, de partenariat, de dialogue concret pour tous les actes de la vie à commencer par ceux de la vie familiale, politique, économique, sociale, culturelle etc..Tout cela va être présenté pendant la célébration du 25ème Anniversaire…. Sur le chemin que d’embûches comme le 21 Décembre 2006, le 1er Janvier 2013 que d’obstacles, des difficultés de tous ordres…Le plus important c’est le rôle joué par l’UDC, sa contribution à la paix, à l’avancée démocratique, à des formules de mobilisation des populations pour des activités économiques, culturelles… pour leur affirmation citoyenne patriote.

4 – Quelle réponse donnez-vous à ceux qui tendent à donner un caractère régional à votre parti, en rapport avec la qualité des résultats enregistrés au cours des différents scrutins ?

Comme c’est par ignorance ou délibérément pour des raisons faciles à deviner, ceux là doivent s’informer davantage sur l’UDC attelée dans l’accomplissement de sa mission de Laboratoire et de construction de la paix depuis 1991. Et, mieux encore, ils doivent apprendre ce qu’est la démocratie et le fait qu’une voix peut changer les cours de la vie de tout un pays. Qu’ils se cultivent pour savoir qu’une formation politique digne a, en même temps et la conquête du pouvoir et la mission d’éduquer, de former les populations à la chose politique, économique, culturelle, sociale et, ainsi, de créer des espaces pour des activités vivantes, concrètes mobilisatrices des populations. Que ceux-là voient la Cité d’Athènes avec ses philosophes, ses penseurs et acteurs politiques, tout ce qu’elle a légué au monde. La Région où ils cherchent à cantonner l’UDC, est un peu cette cité dont nous avons besoin dans un contexte où la politique est perçue comme une source d’enrichissement, de satisfaction personnelle. Dans toutes nos régions l’UDC est présente et aux élections a eu des résultats dignes et des victoires par endroits arrachées. Ceci étant, combien de partis politiques sont représentés sans discontinuer au Parlement comme l’UDC, combien ont des Communes à gérer ou ont des conseillers municipaux, combien ont crée des espaces démocratiques économiques, citoyens républicains viables où des populations par leur révolution pacifique profonde offrent des exemples à suivre en matière de développement. Si toutes nos régions avaient, chacune, une formation politique comme l’UDC, beaucoup de choses auraient changé au Cameroun. La Célébration du 25ème anniversaire est une invitation pour créer les conditions pour le développement des formations politiques semblables à l’UDC : nous allons vivre et comprendre la nécessité impérative de répondre à cette interpellation à travers les expositions, les manifestations culturelles, les orientations du projet de société pour l’épanouissement de toutes nos richesses à commencer par les ressources humaines. L’UDC a des résultats économiques, culturels, sociaux…etc. pour avoir fait de ses organes ceux de développement. Il y a là des éléments forts pour toute appréciation des formations politiques en attendant que les pratiques objectives, impartiales, partant de la relecture de la Constitution et du Code électoral pour asseoir de bases fortes et sereines pour des élections transparentes, permettent de mieux apprécier les scores des partis politiques. En attendant l’UDC a compris la nécessité de l’Ecole de la démocratie pour amener les citoyens aux vrais problèmes de développement, préparant à faire face aux vrais dangers, aux préoccupations quotidiennes des populations, à ce qui a trait à la santé, à la nutrition, à l’éducation, à l’habitat… puis aux phénomènes du réchauffement de la terre , du changement climatique et des extrémismes religieux qui sèment la mort et les traumatismes…enfin, au fait que des citoyens sans être des élus apportent beaucoup au pays….

  • On vous a vu réunir quelques formations politiques le 7 avril dernier à votre siège à Yaoundé. Qu’est ce qui en est ressorti ?

Cette rencontre prouve tout simplement que contrairement à ce que l’on peut croire et dire, certains partis politiques de l’opposition se retrouvent, se rencontrent. La rencontre du 7 Avril aura été l’occasion des échanges eu égard aux réalités politiques et de la vie de notre pays et de prendre la mesure de ceux qui ont la préoccupation de la mobilisation républicaine et comment s’organiser et aller ensemble dans l’action politique qui est déterminante pour tous les autres aspects de la vie de notre pays. Nourris des expériences du passé , il aura été question de se retrouver dans la logique des journées républicaines et, de voir ceux qui peuvent s’accorder à travers des propositions qui permettent d’avoir un fond commun de solidarité et de permanence dans les actions pour la conquête et l’exercice du pouvoir. Pour l’UDC, c’est l’esprit d’équipe, c’est le fond éthique, des valeurs, des principes partagés qui doivent assurer la cohésion, pour aller ensemble menant des actions profondes durables et non occasionnelles. Nous allons continuer à nous retrouver, des choix ont été faits et des rencontres se poursuivront partant d’un fond commun comme le Pacte républicain et l’éthique d’amour, de paix que distillent et les institutions républicaines et les héritages ancestraux et les différentes confessions religieuses que sont et le Christianisme et l’Islam.

  • La scène politique camerounaise est agitée depuis quelques semaines. On entend d’une part ceux qui lancent des appels à la candidature du président Paul Biya à la prochaine élection présidentielle et d’autres qui s’y opposent. Où se situe l’UDC dans ce débat ? Le président Ndam Njoya pourra-t-il être à nouveau candidat à une élection présidentielle ?

Pour l’UDC c’est un faux débat ; c’est peut-être l’occasion qui permet aux camerounais de se rendre compte que bien des acteurs politiques les ignorant, ils doivent s’interroger profondément sur ce qui, touchant concrètement la vie, doit vraiment faire l’objet des débats pour sortir de la précarité, de la pauvreté… Ceci étant, il est normal que des militants d’une formation politique désignent leur candidat pour l’élection présidentielle, je ne sais pas si ce sont certains militants du même parti qui s’y opposent ; dans l’affirmative, cela montrerait qu’il y a une lueur de jeu démocratique dans cette formation politique et si ce sont des acteurs des partis de l’opposition, je dirai simplement qu’ils sont tombés dans le piège en se prêtant aux jeux politiques politiciens qui nous éloignent des vrais problèmes qui sont ceux du développement , de l’éducation, de la santé, de la famille etc ; on les résoudra grâce à la solution du problème crucial du choix des électeurs de par le vote qui désigne des acteurs et actrices appelés à légiférer et à exécuter les lois dans l’intérêt général et avec les populations comme partenaires parties prenantes.

Ceci étant, une formation politique est toujours au grand rendez-vous politique que sont les élections et à l’UDC c’est l’esprit d’équipe qui a toujours prévalu ; aussi, comme vous parlez de « à nouveau », nous disons que l’UDC œuvre pour que l’esprit d’équipe l’emporte et qu’il n’y ait plus de trahisons. En effet, c’est ainsi que le Cameroun s’épanouira en sortant de la personnalisation du pouvoir.  Ce que le président de l’UDC fait et a achevé dans bien de domaines, qui diffère des nuits sans sommeil de ceux qui n’attendent leur salut que des élections.

7- Comment réagissez-vous lorsque certains de vos collègues appellent aujourd’hui les populations à descendre dans la rue pour protester contre ces appels à candidature ?

Les manifestations sont dans l’essence même de la démocratie. Chacun est libre et chaque formation politique est libre de choisir sa voie. S’agissant de l’UDC, nous avons beaucoup à faire et s’emploie à l’élaboration commune d’un programme mobilisateur, répondant aux aspirations des camerounais et de notre pays qui doit être une entité forte parmi les nations et dans la société internationale en construction; et, cela, plus encore en ces temps d’insécurité, de terrorisme aveugle et barbare où l’on doit plus que jamais se tenir la main. Face à cela il faut tout faire pour ne pas donner des prétextes à ceux qui ne vivent que par et pour des agitations. Avec l’affirmation de l’éthique citoyenne républicaine patriote démocrate on s’éloignera de ce genre de situations et les manifestations auront droit de cité comme formes d’expression politique.

Dr Adamou Ndam Njoya

Président National de l’UDC

Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeVisit Us On Instagram